Se débarrasser du CO2

Diminuer les émissions de CO2, les supprimer, décarboner l’activité humaine

L’excès de dioxyde de carbone dans l’atmosphère est la cause principale du réchauffement et du dérèglement climatique.

Si on laisse faire, on court à la catastrophe. Une bonne partie de la planète pourrait tout simplement devenir invivable pour l’homme comme pour de très nombreuses espèces.

Alors nous allons tout faire pour éviter ça.
A nous de jouer.

La mission, si vous l’acceptez est de contribuer à rétablir l’équilibre des émissions de CO2 produites et absorbées sur cette planète, au lieu de laisser la machine s’emballer.

Les entrepreneurs ont là un rôle important à jouer. Développer une activité zéro carbone est certes important, et il y a plusieurs manières de voir les choses encore.

Zéro carbone, c’est bien.

Oui enfin en même temps zéro carbone, c’est comme zéro degrés. On peut aller nettement au dessus et aussi nettement au dessous, avec tous les intermédiaires…

Alors ?

Alors, autant viser plus haut et compenser un max !
Voilà où je veux en venir.

Car il me paraît évident que si :

  1. Les gros émetteurs diminuaient leurs émissions..
  2. Les moyens émetteurs diminuaient ou compensaient leurs émissions..
  3. Les petits émetteurs compensaient bien au delà de ce qu’ils émettent..

Alors au moins chacun ferait sa part, et les excès de compensation carbone de certains compenseraient les excès d’émissions des autres.

Ummm…

A l’échelle humaine bien sûr, il s’agit d’obtenir l’équilibre le plus rapidement possible, de neutraliser pour de bon cet immense surplus de CO2.

Oui, la tâche est immense.

A l’échelle de votre entreprise, il est important d’agir quelque part, de le faire par le bon bout, et d’agir maintenant. Et voilà ce que ce défi pourrait représenter, soit :

  1. Compenser tout ou partie des émissions produites.
  2. Prévoir de compenser plus que ce que l’activité émet.

Personnellement, j’envie ceux et celle qui seront sur le point 2. Car dans cette optique là, vous compensez plus que ce que vous produisez en CO2, et vous obtenez un impact POSITIF en émissions. Et ça c’est plutôt cool pour nous tous.

Alors, pourquoi s’en priver ?

Et vous allez me dire, « oui, mais faut il encore savoir combien on émet… »

Pour faire ça il faut pouvoir les mesurer … simplement.

Quoique.

Disons qu’à un moment donné, avoir une mesure de ce que représente son activité en quantité de CO2 émise est une indication.

Même si la mesure n’est pas forcément exacte.

Bien difficile de dire précisément la marque carbone de l’activité d’une entreprise. Par contre, il est assez facile d’avoir une bonne estimation, au moins pour constituer un point de départ à peu près fiable, quitte à affiner la mesure par la suite et éventuellement à élargir son périmètre.

Alors résumons un peu.

Le principe, c’est qu’il va falloir agir sur plusieurs plans.

ET mon conseil est clairement de prévoir de compenser plus,
dès maintenant.

Mais pas seulement.

Si l’on parvient à régler le problème du carbone, ce sera probablement un peu comme pour la gestion des déchets… ou comme pour l’énergie où l’on parle du bouquet énergétique.

On parlera là certainement d’un ensemble de solutions qui mises bout à bout, à tous les niveaux possibles règlent le problème du dioxyde de carbone en excès dans l’atmosphère.

Tout business peut agir à 2 niveaux :

  1. Sur l’activité elle même – en diminuant le recours aux énergies fossiles consommées directement ou indirectement via leurs sous traitants et prestataires. Par le choix des matières premières ou par la sélection de nouveaux fournisseurs, changement matériel… Les solutions sont nombreuses.
  2. En dehors de l’activité – en ayant un recours régulier et consistant dans des activités compensatrices des émissions de CO2. Cette partie peut s’envisager avec des partenaires, en soutenant des actions de reforestation, de mise en culture de terres à nu… etc. Là aussi les solutions sont nombreuses.

5 trucs à faire appliquer par votre entreprise pour s’engager vers dans un monde où le CO2 n’est plus une menace :

  1. Refuser : à la source, éviter toute nouveauté émettrice de CO2 et trouver des solutions alternatives aux sources émettrices les plus évidentes.
  2. Réduire : ok vous émettez, du CO2, vous savez combien ou vous avez une première évaluation. Alors, compensez dès maintenant vos émissions. On affinera plus tard. Cherchez ensuite des alternatives aux sources émettrices les plus évidentes, ça prend plus de temps et vous aurez déjà une mesure de compensation en place.
  3. Compensez plus : cherchez à compenser d’avantage, quitte à modifier votre (vos) partenariat(s) et soutiens en demandant à vos partenaires de faire un effort consistant sur ce point.
  4. Réutiliser ou recycler le CO2 : faites du carbone émis une matière première. C’est un autre champ d’étude et d’action à expérimenter et à appliquer. Par exemple, les plantes absorbent le carbone. N’y a-t-il aucun rôle que les plantes puissent tenir dans l’amélioration de la qualité de vie et donc de production dans votre entreprise ? Assainir l’air, produire une partie des aliments consommés par les employés ? Et pourquoi pas ? La bouffe est l’une des matières premières que vous même et vos employés consomment pour avoir de l’énergie. Et vous vous débarrasserez d’une partie de CO2 en agissant sur ce point.
    Mais on peut aller encore plus loin sur ce point. Et si la matière première CO2 devenait matière première de vos produit ou services.
  5. Décomposer le CO2 ? Eh why not ?

Et en attendant un monde idéal, voici quelques pistes à suivre pour votre business… dès maintenant !

Idéalement il faudrait connaitre exactement la quantité de CO2 produite par votre activité et donc la mesurer. Ensuite il suffirait de passer par des « décarboneurs » pour compenser et avoir à minima une activité neutre.

Al-Gore et l'augmentation du taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère

Les décarboneurs

Les cabinets conseil ?
Les outils à mettre en place ?
Les ONG ?

Lesquels ?

Attention aux pistes bidon !

Calculer votre impact carbone – les calculateurs, simulateurs

Ecoprod : calculateur pour les professions du secteur de l’audiovisuel

Easycalculation : calculateur d’impact carbone qui donne des ordres de grandeur d’émission annuelle

Good Planet : calculateurs entreprises / particuliers
Un simulateur de calcul de votre empreinte carbone si vous êtes dans l’audiovisuel

Carbon Footprint : calculateurs d’émissions pour trajet en avion, train, voiture, en moto, ou pour un domicile, donc un bâtiment ou des locaux

Chiffres-Carbone.fr : calculateurs voyages

Avenir Climatique : calculateur pour transports, logement, électroménager et alimentation, et vie quotidienne

Canopée Reforestation : calculateur pour déplacements, transports

L’Ademe : pour les particuliers, donne ce comparateur de vos éco déplacements

Évaluation des différents calculateurs : chiffres-Carbone.fr

Le guide de l’éco prod
http://www.ecoprod.com/images/ecoprod/presse/ECOPROD_GUIDE2014_LIGHT.pdf

Les ordres de grandeurs

Ordres de grandeur utiles sur les émissions liées à la fabrication et à l’utilisation des ordinateurs de bureau

Ordres de grandeur des émissions pour produire 1 kwh d’électricité en fonction son mode de production :

kwh-emission_co2_par_filieres_de_production_delectricite

Et par où décarboner mon activité au juste ?

Commençons par un peu de 80/20, ça vous dit ? Commençons aussi par ne pas prétendre tout connaitre de ses émissions de CO2. Car c’est vaste, et souvent on fini par en trouver plus que ce que l’on croyait au départ.

Alors commençons par ce qu’on voit le plus ou par le plus évident et progressons.

Lancer 1 projet en 2 volets :

  1. Première éstimation des émissions liées à l’activité : commençons par évaluer un premier pan de l’activité avec une première estimation des émissions, même imparfaite. Celle-ci s’améliorera avec le temps.
  2. Sélectionner 1 ou 2 partenaires : qui pourront compenser une partie de nos émissions dans des actions spécialisées. Et trouver un moyen de le(s) soutenir, puis mesurer le niveau de cette compensation.

Ce projet a deux volets est à mener et à suivre à partir de maintenant. Si il est inscrit dans un vrai processus d’amélioration continue, alors les bénéfices pourront aller bien au delà d’une nette amélioration de l’équilibre émissions / absorption de C02 lié à l’activité. Bien sûr, tous les aspect du projet s’améliorent avec le temps en affinant à la fois la mesure des émissions, et de la compensation, mais aussi le niveau de compensation carbone.

Les bénéfices seront aussi une diminution nette de pollution liés à l’activité de l’entreprise, et donc un assainissement de l’environnement de travail, de celui de ses employés et prestataires, la qualité de vie et la santé.

Et si on faisait un 80/20, ça vous dirait ?

Myclimate : Calculateur pour émissions liés au transport en avion, maison, voiture, croisière, ou à une firme ou à vos événements si vous organisez des événements

 

Les principaux postes à carbone dans votre activité

Alors là, bien sûr, tout dépend de votre activité, du nombre d’employés que vous avez, de vos fournisseurs, de la quantité de déplacements que votre activité génère chaque année, de la quantité d’énergie dont votre activité a besoin pour produire vos produits et services, de votre niveau de dépendance aux énergies fossiles, mais aussi de la manière dont vous soutenez l’industrie des énergies fossiles.

Bref, les postes à émission de CO2 sont multiples dans l’entreprise. Mais avec un peu de chance, votre business a un impact réduit et des marges de manoeuvre pour faire mieux tout de suite et encore mieux demain.

Alors où sont ils ces postes à émissions ? On peut par exemple noter les postes qui suivent ici :

  • Energie (chauffage, éclairage, outils de production)
    • Gaz
    • Pétrole (Gasoil + essence..)
    • Electricité
  • Déplacements de l’entreprise
    • Terrestres (voiture, taxis, transports)
    • Aériens (avion)
  • Déplacemens fournisseurs (Livraisons, fret)
  • Consommables

A chacun de mesurer, même à peu près son impact. Et pour faire ça, il y a soit des ratios, soit des cabinets d’experts.

————–

A moins que vous n’ayez réellement besoin de savoir combien d’émissions de CO2 vous générez, vous n’aurez pas besoin d’un cabinet d’expert.

1 Commentaire

  1. ABSIL FELICIEN

    Je décompose le CO2
    J’obtiens un « machin  » qui broyé donne un mélange blanc tacheté de petits points noirs.
    Je crois qu’il s’agit de carbone ou graphite mélangé à l’oxyde! du métal réducteur
    Mon problème :
    Trouver un moyen pour extraire ces points noirs du mélange .
    Stocker ces points noirs à l’abri de l’oxygène dans un fut plein d’azote;

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.